Le Blog

construction

Dans les prochaines années, environ 1400 nouveaux logements pourraient arriver sur le marché à Martigny

A Martigny, l’immobilier connaît un boom sans précédent! Au cours de l’année écoulée, 499 nouveaux logements sont arrivés sur le marché. Un record pour cette commune valaisanne de plus de 18’500 habitants! Et ce n’est pas fini: 495 sont actuellement en construction, 453 autorisations de construire ont été accordées et 431 font l’objet d’une procédure. Au total, 1379 nouveaux logements pourraient donc sortir de terre dans les prochaines années, dont une part très importante d’appartements mis en location.

Or, à hauteur de 2,24% au 1er juin 2017, le taux de logements vacants est déjà élevé. «L’offre dépasse clairement la demande. Le marché devient difficile. Des appartements commencent à rester vacants.

La sur-offre favorise les loyers à la baisse

«Si les propriétaires veulent louer rapidement leurs appartements, ils doivent se démarquer avec une offre originale. Par exemple en proposant une borne de recharge pour véhicule électrique ou d’autres prestations ».

«Cette situation nous préoccuppe. Elle constitue même un enjeu majeur pour notre commune», insiste Anne-Laure Couchepin Vouilloz. La présidente de la Ville de Martigny n’hésite pas à parler de bulle immobilière et espère que cette sur-offre pousse les loyers des nouveaux appartements à la baisse.

A l’avenir, les acteurs immobiliers de la région s’attendent à un tourisme locatif: les locataires déserteront des appartements plus anciens pour déménager dans des logements neufs dont les loyers sont parfois offerts pendant quelques mois.

D’autres villes du Valais touchées

Martigny n’est pas la seule ville valaisanne touchée par une suroffre de logements. Monthey, Sion et Sierre sont aussi concernées. Ce sont surtout les gros investisseurs institutionnels (caisses de pension et assureurs) qui sont à l’origine du déséquilibre croissant du marché. En investissant dans la pierre, ils cherchent à faire face à l’absence de rendement dans les obligations en raison de la faiblesse des taux d’intérêts.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Comparer les propriétés

Comparer (0)